Photo Equipe

Chasseur de Prêt Immobilier vous accompagne au quotidien dans la réalisation de vos projets immobiliers

4,9/5 – 2011 Avis Google

nos Taux du mois:

3,20 % / 15 ans

3,40 % / 20 ans

3,50 % / 25 ans

Crédit immobilier : à quoi sert le taux de l’usure ?

Chasseur de Pret - Calculatrice
Crédit immobilier : à quoi sert le taux de l’usure ?
Partager l'article :
Facebook
Twitter
LinkedIn

Le taux de l’usure correspond au taux maximum légal que les établissements de crédit sont autorisés à pratiquer lorsqu’ils vous accordent un prêt. Fixé à la fin de chaque trimestre pour le trimestre suivant par la Banque de France, le taux de l’usure vise à vous protéger d’éventuels abus. Tour d’horizon de ses spécificités.

À savoir :

Du 1er février au 1er juillet 2023, la publication des taux d’usure sera effectuée sur une base mensuelle, au lieu de trimestrielle. Cette mensualisation temporaire du taux d’usure permettra de lisser dans le temps l’évolution des taux d’usure, afin qu’ils assurent leur fonction protectrice en correspondant à l’état à date du marché.

Qu’est-ce que le taux de l’usure ?

Le taux (ou le seuil) de l’usure est le taux maximal auquel un prêt peut être accordé.

Il n’existe pas un, mais plusieurs taux d’usure en fonction du type de prêt.

Ce taux s’applique aussi bien aux prêts immobiliers, qu’aux crédits à la consommation,  aux découverts en compte, ou aux crédits renouvelable, etc. (voir le détail des différents taux d’usure plus bas dans cet article).

Comment est-il calculé ?

La Banque de France fixe le taux de l’usure à partir des taux effectifs moyens pratiqués par les établissements de crédit augmentés d’un tiers.

Les seuils de l’usure sont publiés au Journal officiel à la fin de chaque trimestre pour le trimestre suivant. Comme indiqué au début de cet article, notez qu’entre le 1er février au 1er juillet 2023, la publication des taux d’usure sera effectuée sur une base mensuelle, au lieu de trimestrielle.

Ces seuils varient en fonction du montant emprunté, de la durée d’emprunt et de la catégories de prêts (crédit à la consommation, prêts à taux fixe ou variable, découvert en compte, crédit renouvelable, etc.).

Exemple des crédits immobiliers

Type de prêtsTaux effectif moyen pratiqué
au quatrième
trimestre 2022
par les établissements de crédit
Seuil de l’usure applicable à compter du
1er janvier 2023
Prêts à taux fixe d’une durée inférieure à 10 ans2,56 %3,41 %
Prêts à taux fixe d’une durée comprise entre 10 ans et moins de 20 ans2,65 %3,53 %
Prêts à taux fixe d’une durée de 20 ans et plus €2,68 %3,57 %

Pour consulter toutes les publications des taux d’usure par la Banque de France, rendez-vous sur la page dédiée.

À quoi sert le taux de l’usure ?

La fixation d’un taux d’usure permet de protéger l’emprunteur contre des taux excessifs qui lui seraient proposés.

Des taux d’intérêt trop élevés pourraient placer l’emprunteur dans une situation financière difficile, et, à plus grande échelle, déstabiliser l’économie globale.

Le taux de l’usure joue donc un rôle de régulateur.

Obligations légales liées à l’offre de prêt immobilier

Le prêt immobilier est soumis à une stricte réglementation. Pour souscrire ce type de prêt, des formalités doivent être respectées :

  • Une offre de contrat de crédit immobilier (dont les conditions doivent être maintenues durant 30 jours minimum) doit être remise à l’emprunteur sur papier ou tout autre support durable.
  • Une fois l’offre reçue, l’emprunteur dispose d’un délai minimum de 10 jours avant de l’accepter.
  • L’offre doit obligatoirement mentionner le taux annuel effectif global (TAEG), c’est-à-dire le coût total du crédit (intérêts, éventuels frais de dossier et/ou d’assurance, etc.).
  • Le taux proposé ne doit pas être supérieur au taux de l’usure.

Que risque l’organisme qui pratique un taux usuraire ?

Un prêt est considéré comme usuraire lorsque son taux annuel effectif global (TAEG, anciennement TEG) est supérieur au taux de l’usure.

Le TAEG est le taux auquel on se réfère pour apprécier si une offre de crédit dépasse le seuil usuraire. Il comprend :

  • le taux d’intérêt de base (ou taux nominatif)
  • les fraiscommissions et rémunérations diverses (frais d’inscription ou frais de dossier par exemple)
  • les primes d’assurance emprunteur lorsqu’une assurance obligatoire est souscrite simultanément.

L’usure est un délit passible d’un emprisonnement de deux ans et/ou d’une peine d’amende de 300 000 € (article L341-50 du Code de la consommation).

SOURCE : economie.gouv.fr