Les taux d’usure devraient remonter le 1er octobre. En attendant, peu de banques ont modifié leur barème pour septembre.

Le marché immobilier semble suspendu à la date du 1er octobre. Dans un peu moins d’un mois, les taux d’usure devraient remonter. En effet, les taux sont calculés tous les trimestres par la Banque de France.

Le taux d’usure « correspond au taux maximum légal que les établissements de crédit sont autorisés à pratiquer lorsqu’ils accordent un crédit ». Aussi, le TAEG (taux annuel effectif global) proposé ne peut pas dépasser ce taux d’usure. Pour les crédits inférieurs à 20 ans, le taux est de 2,60%. Quant aux crédits égaux ou supérieurs à 20 ans, il est de 2,57%. Si les banquiers ne respectent pas ce plafond, ils risquent des peines de deux ans d’emprisonnement et une amende de 300.000 euros.

Vousfinancer constate que peu de banques ont envoyé de nouveaux barèmes : « Différentes raisons à cela: le potentiel de hausse est aujourd’hui limité par les taux d’usure, certaines banques ont temporairement suspendu leur production donc n’envoient plus de de barèmes, et d’autres proposent désormais des taux uniquement en fonction du profil de l’emprunteur ».

Quelques hausses

Quelques-unes ont pourtant à nouveau affiché des augmentations de taux de 0,10 à 0,20%. Contre toute attente, une banque nationale a baissé ses taux de 0,20 % pour le mois de septembre, mois traditionnellement riche en transactions immobilières, et dernière ligne droite pour capter de nouveaux clients via le crédit immobilier. Les taux moyens sont encore en augmentation à 1,5 % sur 15 ans, 1,75 % sur 20 ans et 1,90 % sur 25 ans, mais de plus en plus de banques affichent désormais des taux supérieurs à 2 % sur 20 et 25 ans, des taux qui n’étaient plus proposés depuis 2017, sauf qu’à cette époque le taux d’usure était à 3,35 %.

Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer, analyse: « Avec des hausses de taux de crédit qui atteignent plus de 1 point depuis le début de l’année dans certaines banques alors que les taux d’usure n’ont augmenté que de 0,16 point, on comprend pourquoi il y a un blocage et une part record de dossiers refusés alors même qu’ils sont théoriquement finançables en termes d’endettement et d’apport. On sent bien que beaucoup de nos partenaires bancaires sont dans l’attente d’une remontée des taux d’usure le 1er octobre, mais si elle n’est que de 0,20 ou 0,30 point, elle sera malheureusement trop faible pour réellement permettre à tous ceux qui le souhaitent – et théoriquement le peuvent – d’emprunter ».

 

Source: BFM TV – Immobilier